• Pas des petits génies qui savent tout
  • Pas des intellos, des matheux, des forts en thème à lunettes
  • Pas forcément, voire rarement, des bons élèves
  • Des enfants comme les autres : certains rêvent en classe, d’autres travaillent, certains se mettent en avant, d’autres essayent de se faire oublier
  • Des enfants issus de tous les milieux socio-professionnels, avec autant de filles que de garçons,
  • Des enfants dont le QI, mesuré par des tests, est supérieur ou égal à 130.
    En cas de résultats hétérogènes (p.ex. 15 point d’écart entre les différents indices du WISC), le QI total ne devrait pas être calculé/retenu. C’est un bilan complet et l’analyse des résultats aux différents tests, respectivement subtests, tenant également compte de l’aspect « clinique » qui permettra aux professionnels de conclure à un haut potentiel intellectuel.
    Plus d’informations ici : www.les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/11/25/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-wisc-iv
  • Des enfants qui pensent et fonctionnent différemment, qui sortent de la norme quant à leur QI,
  • Des enfants qui ont une capacité de raisonnement, de mémorisation, d'invention, d'imagination, d'émotion plus grande que la normale,
  • Des enfants qui, s’ils ont rythme de développement plus rapide sur le plan intellectuel, ont des développements affectifs, relationnels et psychomoteurs identiques à ceux des enfants de leur âge. Ce décalage, appelé « dyssynchronie », est d’autant plus évident que les adultes attendent de ces enfants un comportement en rapport avec leur intellect.
Identification

facebook rejoignez nous

  twitter suivez nous

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir notre newsletter
Evénements
Aucun évènement à venir!