Plusieurs solutions peuvent être envisagées, tenant compte du caractère, de la personnalité et de la maturité de l’enfant. Il s’agit de : l'accélération, l'enrichissement et l'approfondissement.

 

C’est le plus souvent l’environnement immédiat de l’enfant qui conditionne l’adoption de l’une ou plusieurs de ces solutions.

 

L'accélération consiste à respecter le rythme de développement intellectuel de l'enfant et se concrétise par le saut de classe. Dans le système scolaire classique, elle peut se pratiquer à divers moments. Le passage anticipé en 1ère primaire est souvent judicieux pour les enfants qui ont acquis une maturité suffisante en 1ère enfantine. Pour les enfants qui savent déjà lire en 2ème enfantine, on peut envisager une entrée directe au 2ème primaire. L'accélération vise à empêcher que l'enfant ne subisse un décalage trop important entre ses capacités intellectuelles, son rythme d’apprentissage et les programmes scolaires. La principale critique qu'on peut lui faire repose sur l'accroissement du décalage physique, voire moteur, avec les autres enfants, dans le cas d’un deuxième saut de classe notamment. Il faut savoir qu’il ne constitue cependant ni une solution définitive, ni une solution idéale pour tous les enfants. Les HQI (QI supérieur à 145) notamment se satisferont difficilement du seul saut de classe.

 

L'enrichissement permet de donner à un enfant un accès plus large à l'information, de manière à ce qu'il soit en mesure de réaliser une synthèse plus élaborée. Il est question ici de "nourrir" la curiosité intellectuelle de l'enfant. Cet enrichissement peut être pratiqué par l'enfant lui-même, au moyen d'outils qui lui sont remis. Généralement un enfant à haut potentiel intellectuel n'a pas besoin d'autant de temps que ses camarades pour apprendre le programme officiel de sa classe. Réaliser 100 exercices pour apprendre à additionner revêt peu d'intérêt lorsqu'on a compris au bout de 10 opérations, parfois moins. Il est tout à fait possible alors pour l'enseignant de favoriser l'épanouissement de l'élève en lui fournissant la matière (livres, fiches...) nécessaire à l'enrichissement. L'attrait de la nouveauté et la possibilité de réaliser par lui-même des activités plus complexes évitera à l'enfant concerné de s'ennuyer dans son coin, tout en lui permettant de parfaire son mode de raisonnement. Les activités telles que les visites et excursions, sont particulièrement propices à la mise en oeuvre de cette solution pédagogique. La créativité des enfants s'accommode parfaitement bien des exposés et autres travaux de groupe qui pourraient ainsi être réalisés.

 

L'approfondissement, comme son nom l'indique, consiste en l'étude plus complète des sujets abordés dans le programme "officiel". Il n'est pas question ici, comme dans l'enrichissement, de multiplier les matières, mais plutôt d'aller au fond des choses dans un domaine précis. Il va de soi que les outils qui permettent l'enrichissement peuvent avec profit être combinés avec l'approfondissement. De Craecker, en 1951, disait aussi de l'approfondissement en direction des enfants à haut potentiel intellectuel qu'il contribuait "non seulement à leur développement mental, mais aussi à leur développement moral et social, notamment en leur faisant comprendre et accepter leurs obligations envers les autres".

Identification

facebook rejoignez nous

  twitter suivez nous

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir notre newsletter